ALC in english
       Sites associés
50 000 appels au 115 
11 000 personnes             soutenues
800 places                         d'hébergement
3 000 personnes               hébergées

RÉSERVÉ
 
 
 
Edito établissements  
 

Avec la réorganisation de l'Association ALC, nous avons renomé les différents établissements que nous avons structuré en Pôle :
Le Siège et la Direction Générale, Pôle Urgence, Insertion et Parentalité, Pôle Adolescence, Education et Famille, Pôle protection de l'enfance et Parentalité, Pôle Prévention, hébergement et Insertion, Pôle Accueil, Médiation et Intégration, Pôle Hébergement, Insertion et Justice.

en voir +

 
  Un peu d'Histoire (SPRS)  
 

L’action du SPRS se fonde sur la positon abolitionniste de la France, soulignée par la signature et la ratification de la Convention des Nations Unies de 1949 ainsi que sur les ordonnances du 25 novembre 1960 qui prévoient que :

«Dans chaque département doit être créé un service social qui a pour mission, en liaison avec le service départemental d’hygiène sociale :

  •  de rechercher et d’accueillir les personnes en danger de prostitution et de leur fournir l’assistance dont elles peuvent avoir besoin, notamment en leur procurant un placement dans un des établissements visés par l’article 185 alinéa 2.
  • d’exercer toute action médico-sociale en faveur des personnes qui se livrent à la prostitution. Les dépenses de fonctionnement de ce service ont un caractère obligatoire. Elles sont inscrites en totalité au budget du département. L’Etat y participe dans les conditions prévues à l’article 190. Le service est placé sous l’autorité du directeur départemental de la  population et de l’action sociale.»
 
 

 Au sortir de la seconde guerre mondiale, des jeunes femmes émues par la détresse et l’isolement d’une partie de la population niçoise, et plus particulièrement dans le vieux Nice, décident d’intervenir et de structurer progressivement leur action, en passant du statut de bénévole à celui de professionnel. Les premières personnes à bénéficier de cette mobilisation sont les jeunes femmes isolées qui sont plus ou moins directement concernées par la prostitution.


Elles sont accueillies dans le premier centre d’hébergement d’ALC, «les Yuccas», agréé dès 1962 comme centre d’hébergement féminin. En 1966, l’équipe éducative est composée d’une directrice, d’une assistante sociale, de 3 éducatrices et 2 intervenants vacataires (un psychiatre et une psychologue).

Cette même équipe met en place le service de prévention extérieure s’occupant de jeunes femmes en grand danger moral (prostitution) ; elles ne s’adressent pas au foyer pour un hébergement mais sollicitent plutôt conseils et protection.


De nombreuses démarches sont alors effectuées auprès de la D.D.A.S.S. Une convention est signée avec la Préfecture le 5 mai 1967, reconnaissant ainsi officiellement ALC comme "Service de prévention et de réadaptation sociale des prostituées" conformément à l’ordonnance du 25 novembre 1960 relative à la lutte contre le proxénétisme.


A cette époque, l’action du SPRS concerne aussi bien les personnes majeures que les mineures . Elle été officialisée par une convention tripartite, signée le 27 janvier 1969 entre :

• le Département des Alpes-Maritimes,
• la Caisse d’Allocations Familiales des Alpes-Maritimes,
• et l’Association ALC.


Elle précise que "le département prend en charge sous forme de subvention l’intégralité des salaires, vacations, frais de transports et déplacements du personnel ainsi que 20 % des autres dépenses de fonctionnement, la CAF intervenant pour 80 % de ces dépenses".


Le 10 mars 1976 une nouvelle convention a été signée entre le Département et l’Association. Elle précise, entre autres, que « seul le Département prend en charge sous forme de subvention l’intégralité des frais de personnel et autres dépenses de fonctionnement ».


De 1976 à 1980, l’équipe se renforce avec trois éducatrices et un assistant social qui interviennent uniquement sur Nice.


En référence à une circulaire d’avril 1983, la D.D.A.S.S. demande à l’Association d’étendre sur Cannes/Grasse l’action qu’elle mène déjà à Nice. Un projet est déposé en juillet 1983 ; il est agréé en août 1984 par la D.D.A.S.S. qui autorise la création d’une antenne à Cannes et l’embauche de quatre travailleurs sociaux, dont un chef de service.

 


En 1990, le SPRS met en place une la démarche «Recherche Action», avec l’aide d’un psycho-sociologue en vue de l’élaboration d’un nouveau projet de service. Il est alors décidé d’optimiser les moyens du SPRS et de regrouper l’ensemble de l’équipe dans des locaux situés à Nice, tout en conservant sa mission départementale.


Le 22 avril 1994, une nouvelle convention met fin à celle de 1976 et précise «la prise en charge par l’Etat (DDASS) sous forme de subvention, de l’intégralité des frais de personnel et autres dépenses de fonctionnement».


En 1999, le SPRS dans le cadre d’une restructuration du secteur adulte de l’Association ALC, devient un établissement à part entière. Cette même année sa mission est recentrée en accord avec la Préfecture des Alpes-Maritimes.


Depuis 2001, l’action du SPRS, ainsi que son financement sont liés à une convention triennale au titre de l’article 46-36-10 et depuis 2004 au titre de la ligne 46-81-20.


En 2002, repondant à un appel d’offre de la DGAS, le SPRS créer à titre expérimental, le dispositif national d’accueil des victimes de la traite des êtres humains : AcSé. Ce dispositif est depuis cette date reconduit dans le cadre du convention triennale et il a reçu, outre la DGAS, le soutien de la ville de Paris.

 
   

   

 
   
       Organigramme
       Associations affiliées
       Soutenez-nous